Christo

Christo Javacheff et Jeanne-Claude Denat de Guillebon

Christo et Jeanne-Claude, communément Christo, est le nom d'artiste sous lequel est connue l'œuvre commune de Christo Javacheff (né le 13 juin 1935 à Gabrovo en Bulgarie) et de Jeanne-Claude Denat de Guillebon (née également le 13 juin 1935 à Casablanca au Maroc et morte le 18 novembre 2009 à New York, )
Ce couple d'artistes contemporains (qui emballe la géographie et l'histoire) s'est rendu célèbre par ses objets empaquetés. Naturalisés américains, ils vivaient à New York dans le quartier de SoHo.

Biographie

Christo Javacheff est né à Gabrovo, en Bulgarie, le 13 juin 1935. Il se dit Bulgare macédonien d'origine tchèque. Son père possédait une usine de produits chimiques et sa mère était secrétaire générale de l’Académie des Beaux-Arts de Sofia jusqu’en 1931. Sa mère avait fui la Macédoine en 1913. La famille de Christo a beaucoup servi de refuge à des artistes et des amis fuyant les bombardements des villes par les Alliés.
Au nombre des souvenirs d’enfance de Christo figurent aussi les corps de partisans exécutés dans les rues et l'entrée de l’Armée Rouge en Bulgarie en 1944. Le père de Christo a été harcelé et emprisonné par le nouveau régime communiste pour « sabotage ». L’enfance de Christo a été assez rude et qu’elle a eu un impact important sur l’artiste.
Très tôt il eut des contacts avec l’art. À l’âge de 6 ans, il fait des portraits de nombreuses femmes du village. En 1953, il débute sa formation artistique aux Beaux Arts de Sofia où il étudia la peinture, la sculpture et l’architecture jusqu’en 1956.
Il est chargé, par le pouvoir en place, d'aménager les abords du train Orient-Express pour donner aux passagers occidentaux une image riante de la Bulgarie.
Cependant, en raison de la forte propagande du régime, seuls les vrais partisans du parti communiste pouvaient accéder au diplôme, ce que Christo n’était pas. En effet, Christo défiait le système en peignant des toiles allant à l’encontre de l’idéologie, comme des paysans se reposant. Il eut donc quelques ennuis avec le Réalisme Socialiste qui était la norme et qui imposait un traitement marxiste-léniniste des sujets comme du style.
Il décide en 1956 de fuir à Vienne. Ensuite, il s’installe à Paris en 1958. Pour vivre il fait des portraits à l'huile qu'il signe de son nom « Javacheff », c'est en livrant le portrait de l'épouse du général Jacques de Guillebon, directeur de l'École polytechnique, qu'il rencontre leur fille Jeanne-Claude, une « rousse flamboyante comme empaquetée d'un film plastique ».

En 1963, il côtoie le groupe des nouveaux réalistes. Ses premières œuvres sont des peintures abstraites et des empaquetages d’objets (bouteilles, bidons, cartons, tables, etc.) ou de modèles vivants dans de la toile ou du plastique.

Jeanne-Claude Denat de Guillebon est française. Elle est née à Casablanca au Maroc le 13 juin 1935 . Christo et elle seraient nés le même jour à la même heure.
Elle passe son baccalauréat de philosophie en 1952 à Tunis. Ils se rencontrent en 1958, année qui marque le début de leur collaboration artistique mutuelle.

Christo est plutôt l'artiste, et Jeanne-Claude l'organisatrice : « Les réalisations destinées à l'extérieur sont signées par Christo et Jeanne-Claude, les dessins par Christo »[réf. nécessaire]. Après avoir émigré aux États-Unis en 1964 et s'être installés à New York, ils commencent à réaliser des projets de grande envergure, intervenant de façon directe et éphémère sur des édifices, des monuments ou des paysages entiers.

Leur travail

Ils utilisent le tissu pour créer des oeuvres éphémères en « emballant » des paysages, des monuments, des lieux. Ils pratiquent ensemble le land art (ils entendent intervenir sur des lieux naturels, dans le paysage et le modifient de manière provisoire ou durable).

« Révéler en cachant » Christo réalise un travail de Titan grandiose, monumental et éphémère, c’est ceci qui marque aussi leur originalité, prendre autant de temps uniquement pour un résultat qui ne durera qu'un court laps de temps.

Selon Albert Elsen, « aucun artiste de l’histoire n’a passé autant de temps à voyager pour se présenter lui-même ainsi que son œuvre. Le succès de ses projets auprès du public est dû pour une part non négligeable à sa facilité de contact et à ses dons naturels de pédagogue. Il fut le premier créateur à étudier de lui-même l’impact tant humain qu’environnemental de ses projets. La plupart des artistes pensent que l’éducation du public prend trop de temps au détriment de leur travail. Pour Christo, l’interactivité » verbale avec le public fait partie intégrante de sa créativité ».Toujours selon lui, « son art est le résultat d’une réflexion et d’une intuition esthétique imposée à un environnement naturel et construit ».

L’œuvre de Christo ne peut être comprise que lorsqu’on se retrouve face à l’œuvre et que l’on se rend compte de son impact. Leur œuvre est faite pour impressionner le public et donner de nouvelles visions ainsi qu’un cri de liberté. Quand un monument est emballé, il recouvre une toute autre forme, une toute autre identité, un tout autre prestige : on ne le reconnaît plus, mais on cherche à mieux connaître.

Christo recherche une vision populaire, une popularité de leur art. En effet, les deux artistes ont beaucoup attiré l’attention du public quel qu’il soit. Il est vrai qu’au début, Christo a été beaucoup critiqué, d’ailleurs par d’autres artistes et par les médias, affirmant que leur travail n’est pas de l’art. Cependant, au fur du temps, les médias ont été de puissants alliés de Christo. Pour beaucoup, Christo a un talent promotionnel de communication, la présentation d’un projet par Christo, un entretien avec Christo sont aussi des créations artistiques .

Christo est avant tout un ingénieur et un entrepreneur, réalisant des projets de plus en plus fous et de plus en plus techniques alors qu’il n’a aucune formation dans le génie civil. L’œuvre de Christo c’est aussi l’art de travailler en équipe avec de grands moyens. Toute l’organisation et la logistique des ses oeuvres font partie intégrante de son art. Font partie intégrante de leur art toutes les démarches mises en oeuvres pour pouvoir réaliser chaque projet, représentant des années d’investigations et des centaines de désistassions et d’abandons.

L’œuvre de Christo est éphémère ce qui pose le problème de la mémoire car uniquement les médias et les spectateurs peuvent immortaliser la création, cependant, ce n’est pas durable et donc difficilement éternel. Cependant pour Christo « l'urgence d'être vu est d'autant plus grande que demain tout aura disparu…Personne ne peut acheter ces oeuvres, personne ne peut les posséder, personne ne peut les commercialiser, personne ne peut vendre des billets pour les voir…Notre travail parle de liberté ».

L’art de Christo est la création de magnifiques objets temporaires de grande échelle conçus pour des sites extérieurs spécifiques. Il pense que les gens doivent avoir la possibilité de vivre de expériences artistiques intenses et mémorables en dehors des musées. L’art de Christo n’illustre pas un message mais une majestueuse façon de se vendre par l’intermédiaire des médias. Sur le plan esthétique, les deux artistes croient en la séduction d’une création sans signification qui aille au-delà de l’objet lui-même, implique une indifférence aux conceptions qui attribuent à l’art un rôle social, politique, économique, environnemental, moral ou philosophique qui irait au-delà de lui-même.

Si l’on peut trouver chez l Christo quelques convictions issues de la théorie de l’art pour l’art, il est tout aussi important de noter que leur forme de sensibilité de la société n’exclut pas les non-connaisseurs mais au contraire insiste toujours sur le plaisir que pourra ressentir l’homme de la rue. L’art aujourd’hui joue de l’information, la propagande, la publicité, l’emballage et la présentation, ce qui représente exactement l’œuvre de Christo.

Christo a appliqué les méthodes du capitalisme démocratique à la fabrication de l’art . ce qui peut résumer l'ouvrage de Christo c’est : révéler en cachant. En effet, son œuvre est bien de l’art car ses installations et ses créations n’ont d’autre but que de faire beau. Les oeuvres de Christo sont avant tout esthétiques et belles à regarder. Elles n’ont aucune fonction et aucun message à passer, cependant c’est de l’art au même titre que la technique (techné). L’œuvre de Christo est belle par la complexité de sa simplicité. Les aventures artistiques de Christo, bien que gigantesques donc coûteuses, sont en général entièrement financées par la vente des études préparatoires.

Réalisations principales:

  • 1962 Iron Curtain - Mur de Barils de Pétrole
  • 1968 Documenta 4 Corridor Storefronts une structure gonflable de 5600m3, soulevée par des grues (dont une des deux plus grandes en Europe) et visible à 25 km
  • 1969 Wrapped Coast . Christo embale Little Bay près de Sydney, Australie. Avec l'aide de John Kaldor, et de plus d'une centaine de travailleurs bénévoles ou payés, et 17 000 h de travail, il déploient sur 2,5 km de côtes et 26 m de haut près de 100 000 m² de tissu synthétique. Après certaines réticences, les autorités et le public apprécient cet empaqutage.
  • 1970-1972 Valley Curtain Un rideau safran barre une vallée californienne dans l'État du Colorado.
  • 1976 Running Fence en Californie
  • 1977 Wrapped Walk Ways : Laes artistes couvrent 4,5 km de sentiers dans un parc à Kansas City, Missouri . Au total, il a fallu 12 500 m² de tissu de nylon de couleur brillante jaune-orange. L'œuvre a été visible deux semaines en Octobre 1977.
  • 1980-1983 Surrounded Islands Les îles de la baie de Biscayne à Miami sont encerclées d'une ceinture en polypropylène rose fuchsia pour deux semaines en mai 1983.
  • 1985 Emballage du Pont Neuf - Le Pont Neuf de Paris, le plus vieux des ponts de la capitale française, est emballé dans un polyester ocre-jaune.
  • 1984-1991 Parasol Bridge (The Umbrellas), Japon–USA,
  • 1995 Emballage du Reichstag - le Reichstag de Berlin, ex et futur palais du Parlement allemand est emballé dans un tissu argenté.
  • 1998 Verhüllte Bäume (Wrapped Trees) Christo et Jeanne-Claude ont enveloppé 178 arbres dans le parc Berower / Fondation Beyeler à Bâle, entre le 13 Novembre et le 14 Décembre 1998. Pour envelopper les arbres, le couple utilise 55 000 m² de tissu polyester brillant gris argenté. Un modèle a dû être fait pour chaque arbre, les arbres variaient en hauteur de 2 à 25 mètres et en largeur de 1 à près de 15 mètres.
  • 2003 Wrapped Snoopy House en 1978, Charles M. Schulz dans un épisode de sa bande dessinée Peanuts, représente la niche de Snoopy enveloppée dans un tissu par Christo. En réponse, Christo a construit une niche emballée et l'a présentée au Musée Charles M. Schulz en 2003.
  • 2004-2005 The Gates : parcours de 37 kilomètres à travers Central Park à New York, ponctué de 7 500 portiques, hauts d'environ cinq mètres, placés à 4 mètres d'intervalle et tendus d'un rideau de tissu vinyle de couleur orange-safran.

Projets

  • Mastaba, une gigantesque pyramide tronquée à Abu-Dhabi
  • Over the River, une couverture de la rivière Arkansas dans l'État du Colorado


1969 Wrapped Coast


1968 documenta 4 Corridor Storefronts

Iron Curtain - Mur de Barils de Pétrole

Le 13 août 1961, fut érigé le Mur de Berlin par le régime communiste. Apatride, sans passeport et lui-même réfugié d’un pays communiste de Berlin-Est, Christo fut très affecté et révolté par cette décision est-allemande. Rentrant de Cologne à Paris, en octobre 1961, ils préparèrent sa riposte personnelle. Ce fut le Mur de Barils de Pétrole – Le Rideau de Fer.

Ils proposèrent de barrer la rue Visconti, une toute petite rue de la Rive gauche, avec 240 barils de pétrole et préparèrent un descriptif détaillé du projet. Cette phase de mise au point d’un dossier de présentation écrit, accompagné de photocollages et de plans logistiques, se fera de plus en plus complexe au cours des mois et au fur et à mesure que les projets deviendront plus exigeants et ambitieux. Mais les objectifs sont restés pour l’essentiel les mêmes : obtenir les autorisations des autorités concernées et, comme l’ont noté les commentateurs, inciter les critiques à intégrer l’évaluation esthétique dans l’examen de données techniques, sociales et environnementales.

Dans le cas du Mur de Barils de Pétrole – Le Rideau de Fer, ce dossier manqua son but principal puisque la permission fut refusée. Des années plus tard, à New York, les Christo proposeront de fermer la 53ème rue avec 441 barils pour marquer la fin de l’exposition sur Dada et le Surréalisme du Museum of Modern Art, le 8 juin 1968. Là encore, ils manquèrent de chance et plusieurs autorités municipales leur refusèrent les autorisations nécessaires.

Les deux artistes se remirent au projet du Mur de Barils de Pétrole – Le Rideau de Fer en se passant d’autorisation. Huit heures de suite, le 27 juin 1962, ils bloquèrent la rue Visconti , où avaient habité Racine, Delacroix et Balzac, avec 240 barils de pétrole que Christo avait lui-même transportés un par un. L’armée d’aides professionnels ou amateurs, qui allait accompagner tous les grands projets des années futures, se fit remarquer ce jour-là par son absence.
La barricade de 4,3 x 3,8 x m bloquait la circulation comme prévu et les barils étaient dans l’état où ils avaient été trouvés, avec leurs couleurs industrielles, leurs marques, leur rouille.

Les deux artistes furent emmenés au commissariat de police pour répondre du délit d’obstruction, mais ils ne furent pas poursuivis. Il n’est pas certain que les passants comprirent que cette barricade avait un rapport avec le mur de Berlin. De nombreuses manifestations à Paris avaient lieu à cette époque pour protester contre la guerre d’Algérie et l’autorisation avait été refusée car les autorités avaient peut-être craint que le geste de l’artiste n’aille dans ce sens. Mais ils avaient néanmoins réussi à faire descendre l’art dans la rue, à se servir d’une rue, de barils de pétrole et même de la présence des passants pour créer une œuvre temporaire.


1962 Iron Curtain - Mur de Barils de Pétrole

Valley Curtain

Valley Curtain (rideau de la vallée) a été réalisé à Rifle, dans le Colorado, entre 1970 et 1972.

Ce projet commencé en 1970 s’est enfin réalisé le 10 août 1972 avec un groupe de 35 ouvriers et de 64 intérimaires dont beaucoup d’étudiants en art, de collégiens.

C’était un rideau de 13 000 mètres carrés de nylon tissé orange, tendu entre les massifs de Grand Junction et Glenwood Spring. Sa largeur était de 381m, sa hauteur de 111m de chaque côté et de 55,5m au centre.

Les câbles qui le maintenaient en place avaient une portée de 417 m, pesaient 50 tonnes et étaient fixés à 800 tonnes de fondations de béton.

Cependant, le rideau n’est pas resté longtemps en place car les vents soufflaient trop fort avec des rafales de 100 kilomètres par heure sur cette grande voile.

Christo souhaite que ses oeuvres soient temporaires car pour lui cela donne plus d’énergie aux projets et intensifie nos réactions, cependant, dès que Christo a effectué un projet quelque part son nom reste à tout jamais dans les mémoires par le travail gigantesque effectué et la dimension sociale de ses oeuvres


1972 Valley Curtain - Rifle Colorado

Running Fence

Running Fence est installée le 10 septembre 1976 et démontée 14 jours plus tard, sans laisser aucune trace visible.

La "Barrière qui court" évoquant la muraille de Chine se dresse le jour même de la mort du Grand Timonier. Ce projet fait penser à la grande muraille de Chine et ce fut un hasard que le jour même où le projet a été réalisé marque le jour de la mort de Mao Tsé-Toung ce qui a involontairement accru l’impact de l’œuvre.

Elle consiste en une clôture de près de 40 km de long, s'étendant à travers les collines des contés de Sonoma et de Marin, dans le nord de la Californie, aux États-Unis.

La clôture, mesurant 5 m de haut, est composée de 2 050 panneaux de nylon blanc, 200 000 m², accrochés sur des câbles d'acier au moyen de 350 000 crochets. Ces câbles sont eux-mêmes supportés par 2 050 poteaux d'acier enfoncés dans le sol et stabilisés par des haubans ancrés dans la terre.

La clôture débute près de la U.S. Route 101 et traverse 14 routes et les propriétés de 59 ranchs afin d'atteindre l'océan Pacifique près de la baie de Bodega. Elle serait inspirée en partie par les clôtures démarquant le Continental Divide au Colorado. Continental Divide ou Great Divide est le nom donné à la portion nord-américaine des crêtes montagneuses qui marquent la ligne de partage des eaux entre l'océan Pacifique, l'océan Atlantique

Cette barrière artificielle reliant la terre à la mer et au ciel est comme une métaphore du caractère arbitraire des frontières politiques et géopolitiques.


1976 Running Fence, Californie

Surrounded Islands

Les îles de la baie de Biscayne à Miami sont encerclées d'une ceinture en polypropylène rose fuchsia pour deux semaines en mai 1983. Elle est pour certains l’œuvre la plus spectaculaire de Christo.

Ce gigantesque projet en symbiose avec son environnement est d’une étonnante beauté. Ici les deux artistes entreprirent de border de toile 11 îlots artificiels qui servent surtout de décharges à ordures (40 tonnes de déchets). Les préparatifs furent longs et demandèrent comme toujours de multiples dessins, collages et photographies ainsi que la mise au point d’un dossier de présentation et la tenue de nombreuses réunions avec les autorités locales.

À partir d’avril 1981, une équipe d’avocats, d’ingénieurs de la marine, un entrepreneur, un spécialiste de la biologie marine, un ornithologue et un expert en mammifères se mirent au travail d’arrache pied.

La mise en place de ce tissu rose permit de changer radicalement le paysage et même de l’améliorer. Cette couleur rose n’est pas choisie par accident elle évoque la crème glacée et peut même être la couleur représentative de la région pour certains : couleur du loisir, du soleil, de l’insouciance ; couleur de l’artifice, et de l’euphorie mais met en place aussi une marque d’humour et d’affection.

Les 11 îles étaient entourées de 60 hectares de tissus, le tissu avait été découpé selon 79 patrons pour suivre les contours des îles et ce travail a été exécuté dans une usine louée pour l’occasion de novembre 1982 à avril 1983.

Cette œuvre eut un fort impact dans le monde de l’art mais aussi chez les touristes qui se pressèrent à Miami pour voir les îles roses. En effet, aucun autre artiste n’a autant attiré l’attention du public.


1982 Surrounded Islands, Miami

Emballage du Pont Neuf

Emballage du Pont Neuf est une œuvre de Christo réalisée du 22 septembre au 7 octobre 1985 à Paris.

Le Pont Neuf de Paris, le plus vieux des ponts de la capitale française, est emballé dans un polyester ocre-jaune. pont est le plus vieux de Paris et aucun autre pont n’est autant chargé d’importance historique et culturelle.

De nombreux artistes célèbres l’ont peint comme Turner, Renoir, Picasso et d’autres.

Quand Christo proposa d’emballer le pont une forte controverse s’installa. Pour certains cela l’abîmerait, blesserait les passants ou même désacraliserait ce témoin du passé. Obtenir les autorisations représenta un combat acharné pour Christo et Jeanne Claude pendant plus de 10 ans.

Quand enfin le projet se réalisa ce fut un succès triomphal. Et ce pont pouvait aussi symboliser son propre passage du monde communiste au monde libre pour finir à Paris, son premier lieu de réelle création artistique.

Le projet représentait 40 876 mètres carrés de toile de polyamide dorée et le toile était retenue par 13 076 m de corde et plus de 12 t de chaînes d’acier. Empaqueté, ce pont avait perdu toute son histoire et son ancienneté pour devenir une architecture moderne et presque aérodynamique changeant ainsi son impact habituel.


1985 Emballage du Pont Neuf

Parasol Bridge (The Umbrellas)

Les artistes créent un pont symbolique entre l' Est et l'Ouest, des deux côtés du littoral de l'Océan Pacifique.

En Décembre 1990, après beaucoup de préparation, les bases d'acier d'abord pour les parasols ont été installés.

Dans les bases d'ancrage de 80 cm de long ont été fixées au sol pour résister à des tensions de 1500 kgf (15 kN ). en Septembre 1991, les parasols ont été installés à leur place par les 2.000 travailleurs. En Californie, certaines de ces bases ont été transportés sur le site par hélicoptère.

Le 7 Septembre, 1340 parasols bleus dans Ibaraki et de 1760 parasols jaunes au Ranch Tejon dans le sud de la Californie sont mis en place; l'exposition ouvre le 9 Octobre 1991.

Les parasols font 6 m de haut pour 8,66 m de diamètre et resteront dans les paysages pendant 18 jours.
Les parasols deviennent une attraction touristique énorme, utilisé pour diverses fêtes, pique-nique, cérémonie de mariage. Le 26 Octobre 1991, l'un des parasols en Californie a été renversé par des vents violents, tuant une femme et blessant plusieurs autres. L'exposition a été immédiatement fermée.

Au total, 3 millions de personnes ont vu les parasols.


Ranch Tejon Californie , 1991

Ibaraki, Japon, 1991

Emballage du Reichstag

Le palais du Reichstag est un bâtiment de Berlin en Allemagne, qui accueillit l'assemblée du Reichstag de 1894 jusqu'à l'incendie du 27 février 1933, puis le Bundestag de la République fédérale d'Allemagne à partir de 1999 au retour de l'institution à Berlin.

Sa construction d'après un projet de Paul Wallot s'est achevée en décembre 1894. Le bâtiment de style de la Haute Renaissance italienne est surmonté d'une coupole culminant à 75 mètres au-dessus du sol. Dans la nuit du 27 au 28 février 1933, le Reichstag est incendié par le hollandais Marinus Van der Lubbe; les dégâts furent légers. Les nazis présentent l'évènement comme un complot communiste et lancent une campagne de terreur et de répression des partis politiques qui leur sont opposés, à commencer par les membres du Parti communiste allemand.

Le bâtiment est rénové entre 1961 et 1973 par la République fédérale d'Allemagne sans la coupole. Après la réunification allemande du 3 octobre 1990, le parlement allemand (Bundestag) décide le 20 juin 1991 le déménagement du parlement et du gouvernement fédéraux de Bonn à Berlin, et sa réintégration dans le palais du Reichstag.

C'est l'architecte Sir Norman Foster qui emporte le concours pour la rénovation du bâtiment. Pendant les travaux, les artistes Christo et Jeanne-Claude « emballent » le palais du 24 juin au 7 juillet 1995. Cinq millions de personnes se sont déplacés pour admirer l'œuvre. Il a fallu 100 000 mètres carrés de polypropylène, recouvert par une couche d'aluminium, et 15km de corde. Le travail a commencé le 17 juin 1995 et s'est terminé le 24 juin.

C'est en 1971 que Christo esquisse ses premiers dessins du Reichstag emballé. Mais le projet concernant ce monument chargé de souvenirs douloureux sera freiné, notamment par le chancelier Helmut Kohl.


1995 Emballage du Reichstag

The Gates

Le projet The Gates a été exposé durant seize jours du 12 au 28 février 2005. Ce fut un parcours de 37 kilomètres à travers Central Park à New York, ponctué de 7 500 portiques, hauts d'environ cinq mètres, placés à 4 mètres d'intervalle et tendus d'un rideau de tissu vinyle de couleur orange-safran.

Selon Christo : « C'est une sorte de chemin lumineux. Lorsque le soleil brille derrière les toiles, elles sont d'un jaune doré. Les parties à l'ombre deviennent presque rouges. » Ce projet avait été présenté aux édiles de la ville pour la première fois en 1979, mais il avait déclenché les foudres de la Central Park Conservancy, le conseil chargé d'administrer le parc new-yorkais. La notoriété des artistes, le sérieux de leur organisation, mais surtout, l'élection de Michael Bloomberg, comme maire, ami personnel des Christo et fervent admirateur de leur travail, a permis finalement sa réalisation.

Le projet a nécessité 380 camions pour seulement transporter, le 1er décembre 2004, les bases d'acier servant de support aux portiques, depuis l'usine de Queens. Ces 15 000 socles de métal pesaient 5 390 tonnes, soit les deux tiers du poids de l'acier utilisé pour la Tour Eiffel. Les ouvriers ont commencé à déposer les socles, à partir du 3 janvier 2005, sur les emplacements, préalablement marqués au sol par des dessins de feuilles d'érables, arbre emblème du parc.

Le 7 février, 600 manutentionnaires, habillés en uniforme The Gates (de larges tuniques), ont élevé les 7 500 portiques de vinyle, hauts d'environ 5 mètres. Le 12 février, les toiles, livrées enroulées dans des cocons, ont été déployées.

Une exposition sur les dessins préparatoires de The Gates, organisée d'avril à juillet 2004 au Metropolitan Museum of Art de New York a attiré les collectionneurs et le public. Le coût de ce projet particulier aurait avoisiné les 21 millions de dollars, mais les artistes n'ont pas donnée plus de détails. Un accord avec la maison Hermès, a permis d'éditer un carré de soie vendu exclusivement dans la boutique de Madison Avenue à New York pour le prix de 320 dollars. De plus, pour la première fois aussi, les artistes ont accepté d'accoler leur nom à une ligne de produits dérivés (sacs, montres, posters...) vendus dans les musées.

The Gates se réfère fortement à la tradition japonaise des portes torii, traditionnellement construites à l'entrée des tombeaux Shinto. Des milliers de torii de couleur vermillon accompagnent les chemins du tombeau de Fushimi Inari à Kyoto.

Central Park, 1991

Projets



Mastaba

Over the river

 

Pour nous joindre

Les illustrations ont un statut variable: Domaine Public /ou/ Fair Use (droit de citation dans un but informatif) /ou/ © auteur . . .